AccueilFAQÉvènementsRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gilgamesh: Traité de Géographie gilgameshii

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Celtic_cauldron
Exécuteur de Gilgamesh
avatar

Messages : 3048
Date d'inscription : 05/12/2014
Age : 36
Localisation : Fort Nox

MessageSujet: Gilgamesh: Traité de Géographie gilgameshii   Mer 1 Mar - 17:38

VI. Le Culte Impérial

La Foi Impériale est fortement représentée sur Gilgamesh et a trouvé un écho naturellement favorable parmi la population autochtone dont la spiritualité était attestée par les Commémorateurs et Itérateurs ayant participé à la Réunification.

En effet, bien qu’ayant adhérée aux thèses de la Vérité Impériale, la population gilgameshii a néanmoins pu conserver une partie de ses usages coutumiers en les adaptant au nouveau dogme importé par la Croisade et en y incorporant une spiritualité vue comme positive par les nouveaux pouvoirs en place. C’est ainsi que le Jour de la Réunification est devenu une fête officielle dans le calendrier gilgameshii, au cours de laquelle les principales figures impériales, dont Horus Lupercal, étaient célébrées comme libérateurs et parangons des vertus humaines. Le Primarque des Luna Wolves était d’ailleurs particulièrement mis à l’honneur par les autorités impériales et une cérémonie militaire et civile était annuellement présidée par le Commandeur Impérial, en présence de la Garde d’Honneur de la XVIème Légion. L’Hérésie mit fin à cette pratique mais, en dépit des enquêtes menées par l’Inquisition, de forts soupçons pesèrent à propos d’une survivance du culte horusien dans l’entourage du Gouverneur Varianus et parmi les Vétérans de l’Armée Impériale. Très rapidement, toutefois, l’émergence du Culte Impérial puis la fondation de l’Ecclésiarchie balayèrent ces préoccupations.
Le Culte Impérial est de nos jours intégralement de la seule prérogative du Cardinal Diocésain qui organise les cérémonies et le calendrier des fêtes. Il est assisté en cela par un Concile composé d’une cinquantaine d’Evêques, Archidiacres et Nonces établis sur chaque monde et dans chaque Ruche du système et se réunissant à chaque fête d’importance au Palais Cardinal, pour débattre de problèmes liés à la Foi ou à ses aspects plus triviaux comme la perception et l’affectation de la dîme. Egalement membre permanent du Concile, la Chanoinesse Supérieure de l’Ordre de l’Acier Consacré n’intervient que sur les questions de sécurité et présente les doléances de l’Ordre en matière d’équipements et de recrutement.

Le calendrier gilgameshii reprend les grands événements du calendrier impérial. On y trouve donc les fêtes de l’Ascension de l’Empereur ou du Sacre de Saint Sébastien Thor qui sont autant d’occasions de grandes célébrations publics et de pèlerinages de masse, encadrés par les volontaires de la Militia Frateris et de l’Arbites. Toutefois, le Credo Impérial se distingue sur Gilgamesh à travers deux cultes spécifiques qui sont la Réunification et le Culte de Sainte Aspirine. Le premier, célébré au sein de la Chapelle de la Bea Aquila de Gilgamesh, commémore l’arrivée des émissaires de l’Empereur et la signature du Traité de Soumission lors de la Grande Croisade. Bien entendu, toute mention de l’Archi-Traître Horus est proscrite, mais les Gilgameshii ont témoigné de leur attachement profond à cette date clef de leur histoire. Le second recouvre un ensemble de cérémonies, prières, hommages à la figure de Sainte Aspirine, Chanoinesse de l’Ordre du Calice d’Ebène et Martyr de la Croisade Dafalgan. Lors d’une procession planétaire qui part de Port Sagan et s’achève dans la Cathédrale dédiée à la Sainte, les reliques de cette dernière, et notamment son Eviscerator consacré, sont convoyés par une foule innombrable.

VII. Les Cultes Martiens

Du fait de sa présence massive dans le système, il n’est guère étonnant que l’Adeptus Mechanicus ait développé le Culte de l’Omnimessie sur Gilgamesh. En concurrence voire en compétition frontale avec l’Ecclésiarchie, le clergé martien a ainsi converti à sa cause des pans entiers des Ruches les plus industrielles. On estime ainsi que plus des deux tiers des habitants de la Ruche Nergal suivent le credo importé depuis la Planète Rouge, proportion qui avoisine les 100% pour la Ruche Ereshkigal et ses complexes industrialo-miniers. Dans les villes qu’il contrôle, l’Adeptus Mechanicus ne fait donc pas bon accueil aux représentants du Ministorum et des tensions parfois violentes opposent les deux factions dans les soubassements et sous-mondes des Ruches concernées alors que les gangs se livrent à une véritable guérilla sainte pour le contrôle des âmes. L’émergence récente d’un culte Rédemptionniste procède d’ailleurs très probablement de ces affrontements répétés. Bien que le Cardinal ait lui-même fustigé les déprédations et actions terroristes des Rédemptionnistes, les destructions de lieux de culte du Mechanicus se poursuivent encore et l’Arbites a déjà réalisé plusieurs opérations de contre-guérilla, mais pour un bénéfice à peu près nul.

Cependant, bien plus grave que ces querelles de paroisse, c’est en son cœur même que l’Adeptus Mechanicus est aujourd’hui le plus menacé… A l’insu de la majorité de ses membres, en effet, les Magos ont fini par découvrir les premières traces de la présence Nécron sur Gilgamesh puis la première Nécropole, sous la Désolation d’Azulnibar, appelée ainsi suite à l’irradiation massive, et surtout volontaire, de toute la région sur ordre de l’Archimagos Eian Azulnibar. Poursuivant leurs explorations sous la protection de cohortes cybernétiques et de manipules de Skitarii dévoués, ceux qui fondèrent la Société de Xenoarchéologie en vinrent à reconnaître dans la technologie nécron un exemple de la perfection mécanique et peut-être un indice sur la voie du Véritable Omnimessie. D’autres sites d’exploration furent rapidement ouverts aux quatre coins de la planète, alors que plusieurs expéditions ayant eu le malheur de vouloir approcher de trop près les sites de recherche et les laboratoires furent intégralement détruites… Convaincue d’être sur le point d’accéder à l’Illumination, la Société de Xenoarchéologie a commencé à incorporer des fragments de technologie des Yngirs dans ses recherches, tout en entamant un culte des Parfaits Mécaniques, lequel se renforce à mesure que les explorateurs progressent dans la compréhension de leurs découvertes.
L’action de la Société de Xenoarchéologie se place à deux niveaux. Au niveau politique, elle a déjà réussi à faire remplacer certains Magos par des membres choisis en son sein et s’efforce de contrecarrer la faction loyaliste, notamment par une réallocation des ressources sur des projets qu’elle maîtrise totalement. Sur le plan militaire, elle a déjà réussi à développer certaines évolutions dans l’armement et le codage de ses troupes, par hybridation de technologies humaine et nécron. Bien qu’elle ne soit pas encore assez étendue ni même assez forte pour déclencher un putsch interne qui serait le prologue à une prise de pouvoir, la Société gagne pourtant en puissance chaque jour et ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’elle ne tente une action plus directe. Pendant ce temps, dans les ombres des Nécropoles, les premiers Dynastes ont entamé leur protocole de réveil…

VIII. Sectes et cultes du Chaos

1. L’Ennemi Intérieur

Comme n’importe quelle autre planète impériale, Gilgamesh porte en son sein les facteurs favorisant l’existence et le développement des cultes du Chaos. Mutations, extrême pauvreté, violence aveugle des autorités ou simple dépravation, les ferments des sectes adorant l’un ou la totalité des Dieux Noirs coexistent dans chaque Ruche, usine…
Parfois de vastes regroupements de plusieurs centaines d’individus, plus régulièrement petits groupes cachés de quelques dizaines de citoyens, les organisations du Chaos subsistent essentiellement par le secret et la corruption. En effet, celles arrivant trop vite à la connaissance des autorités ont toutes les chances de subir le courroux de l’Inquisition et de l’Arbites, soutenus par l’Ecclésiarchie, bien que plus d’une expédition punitive se soit soldée par un bain de sang, notamment dans la population innocente.

L’activité des sectes chaotiques n’est pas coordonnée et ces dernières se battent autant entre elles que contre les gangs civils ou les autorités impériales. L’un des conflits les plus destructeurs, par exemple, a opposé en M38 des groupes de Gladiateurs rebelles apparemment affiliés à Khorne à une milice privée qui s’avéra être en fait une secte de Slaanesh, pour le contrôle d’industries souterraines illégales produisant des psychotropes puissants. Trois districts des quartiers populaires d’Ahhtusha furent ravagés lorsque les guerriers du Dieu du Sang, pris d’une rage incontrôlable s’en prirent à la population locale et il fallut l’intervention de plusieurs bataillons des FdP pour rétablir l’ordre après un massacre qui vit la mort de plusieurs milliers de citoyens. Cela ne marqua d’ailleurs pas la fin de la présence chaotique dans la zone puisqu’une secte de Malal, dissimulée derrière un groupe d’autodéfense citoyenne, s’érigea en protecteur des ruchiers et mit le quartier en coupe réglée.

Gladiateurs en rupture de ban, trafiquants de reliques, nobles membres de cultes hédonistes ou simple mendigots, tous se retrouvent dans le Chaos…

2. La Confrérie Ecarlate

Nul ne sait vraiment ce qu’est la Confrérie Ecarlate. Pour certains érudits, c’est une secte liée à Khorne, pour d’autres une confédération de sectes chaotiques dont les chefs essaient vainement d’établir un semblant d’ordre et d’organisation dans le magma de sectateurs. Ce qui est certain, c’est qu’elle n’est pas née sur Gilgamesh.

L’Ordo Hereticus place la naissance de la Confrérie lors de la Grande Révolte de Centius Prime en M34, lorsque plusieurs régiments de FdP, soutenus par des sectes et des forces des Word Bearers plongèrent le monde Ruche de Centius Prime dans la révolte. Pendant dix ans, les rebelles mirent la planète à feu et à sang, renversant le gouvernement impérial et terrorisant la population. Il fallut l’intervention du Chapitre des Knights of Hoth pour mettre fin au carnage et rétablir la Pax Imperialis, mais il est aujourd’hui établi que la Confrérie est parvenue à exfiltrer son organisation hors-monde. On a retrouvé sa trace dans de nombreux secteurs séparés de plusieurs centaines d’années-lumière, parfois comme figure de proue d’un conflit, plus souvent comme partie prenante au milieu d’une myriade de cultes, sectes, régulièrement associée aux Word Bearers. Infiltrée dans toutes les strates des mondes où elle s’implante, la Confrérie présente souvent un visage très nuancé même si les actions violentes restent son mode opératoire préférentiel.

Décelée sur Gilgamesh aux alentours de 500.M37, la Confrérie Ecarlate a ainsi réussi à noyauter l’équivalent de plusieurs régiments des FdP, de nombreux gangs des ruches industrielles et possède des assises très fortes dans les arènes gladiatoriales, légales ou non. Se finançant par le racket, les trafics divers et le pillage, elle possède à présent une capacité militaire qui la rendrait capable de lutter pour le contrôle d’une cité et déclenche fréquemment des combats contre des avants postes isolés des forces impériales ou d’autres factions chaotiques réfugiées dans le sous-monde. On lui connaît au moins la destruction de trois autres organisations chaotiques (dont le Couvent des Plaies, la plus ancienne organisation liée au Père des Epidémies), la mise à sac de plusieurs propriétés nobiliaires de la plaine d’Ishtar, ainsi qu’une tentative de s’emparer de plusieurs points fortifiés surplombant Ur-Lugal, vraisemblablement en vue de bombarder la ville.

Bizarrement, aucune enquête de l’Inquisition n’a permis d’identifier le chef de la Confrérie sur Gilgamesh, ni même de localiser son QG.

3. Les Fils de Varianus

Kordesh Gale est une personnalité respectée et influente de la haute société gilgameshii. Descendant d’une famille d’officiers de la flotte originelle, il est un membre émérite de la Guilde des Marchands, un dirigeant de celle des Mercenaires et un soutien fidèle du Gouverneur Harlon dont il est devenu un très proche conseiller. Ancien aventurier ayant sillonné l’espace pendant plus de vingt ans, sa connaissance des systèmes extérieurs lui a permis de nouer de fructueux contacts hors-mondes, et les juteux contrats qui vont de pair.

Mais Kordesh Gale est un mensonge…

Sous ce pseudonyme emprunté à une authentique famille disparue se cache en réalité le descendant du Clan Varianus, chassé du pouvoir et présumé détruit lors de la Révolte des Indigents de M36. Mais la réalité est toute autre. Exfiltrée secrètement par la Garde, la famille Varianus a mis en scène son propre massacre pour s’affranchir des menaces à peine voilées de coup d’état de la noblesse gilgameshii soutenue par le Ministorum et dont les événements de M36 n’étaient que le prologue. Dissimulée par la Garde, la famille Varianus s’est ainsi réfugiée dans la clandestinité, renforçant ses positions au fil des siècles en s’arrogeant la fidélité de ses troupes et en subventionnant les cultes rebelles tout en divisant les autorités impériales.

Pour les autorités impériales, les Fils de Varianus sont une dangereuse secte horusienne qui serait commandée par des descendants des forces déployées lors de la Réunification. Disposant d’une organisation de type militaire et agissant dans la plus grande discrétion, elle multiplie les attentats et les opérations commandos, toujours dans un but politique et en ciblant prioritairement les potentats locaux. Nul ne connaît leur nombre, ni même leurs visages car ces soldats de l’ombre agissent masqués et camouflés et aucun n’a jamais été capturé vivant ou même mort. D’après l’Ordo Hereticus, ils ne seraient que quelques dizaines, bien équipés et entraînés mais trop peu nombreux pour représenter une menace tangible. Rien n’est moins vrai : les Fils de Varianus ne sont nuls autres que la 1ère Division des FdP, soit plus de 10000 hommes surentraînés et dotés du meilleur armement imaginable. Egalement, l’organisation est infiltrée chez les FAG et dans la Flotte, financée par les activités commerciales de Kordesh Gale et contrôle indirectement tout un pan de la Guilde des Mercenaires. De facto, elle détient, par le jeu des alliances, les trois-quarts des sièges du Conseil d’Ur-Lugal, ce qui lui assure une base d’opération confortable, qui s’inscrit dans un maillage comprenant également la forteresse du Mont Varianus et une partie des fortifications de la chaîne des Monts Huwawa.

Dameos coordonne également les activités de la Confrérie Ecarlate, bien que cette dernière n’ait pas conscience que son Magister Templi ne soit qu’un homme de paille. D’ailleurs, pour toutes les actions pour lesquelles la discrétion et l’efficacité ne sont pas des critères de succès, c’est la Confrérie qui se charge du travail, jouant là bien involontairement le rôle de bouc émissaire et détournant l’attention des autorités de la vraie menace…

_________________
Tuer pour les Vivants! Tuer pour les Morts!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Gilgamesh: Traité de Géographie gilgameshii
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeux Géographie
» Traité sur l'écologie souterraine...
» Orléans (D.R.) (Informations et Traités)...
» Traité du Mont Saint Michel
» Traité: La coalition du loup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GilgameshE3 :: La Chronique / The Chronicles :: Le Hall des Commémorateurs / The Hall of Remembrance-
Sauter vers: